lesamourai



N’ZASA DE POEMES

                        Voici un bouquet de fleurs glanées aux  premières heures de l’hivernage:   

         pétales d’orgueil de chine, feuilles-fleurs de frigelias lactés, rires de flamboyants…

 Je sais où roucoule et toussote la source aux fleurs fraîches, celles, rayons futurs plus 

                          salubres que les vents salubres des rouges libertés.

 Demain, le pré se couvrira de fleurs neuves et ta main polira pour ta survie.

                                        O terre ma terre, le gai parfum,

                                         sourire des temps nouveaux. 

                   J’écouterai sa voix psalmodiant des incantations comme un prêtre bénissant 

                                        une âme en quête de réconfort.

                  Je lui demanderai de faire bouillir une marmite d’herbes,    

                   et de brasser un filtre d’amour fort comme le lait d’une mule.

                                                   Tu es de mille flammes,

                                                                  de mille étoiles,

                                                                     de mille lueurs,

                                                                     de toutes les lueurs du monde,

                                                          de tous les espoirs des coeurs.

                           tu es le sinus de ma vie, le cosinus de mes moments, la tangente de mes

                                                   voeux et la cotangente de mes pensées.

                                                                                             D’aprés totorinolesamourai.


Laisser un commentaire

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie